L’homme aux prises avec les rigueurs de l’hiver, c’est-à-dire aux prises avec la pauvreté du monde rural et les dégâts provoqués par le libéralisme sauvage succédant à cette espérance trompeuse que fut le communisme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.