Flou

    Le flou en photo est souvent compris comme un défaut technique, le signe d’un manque de maîtrise. Plus rarement, il peut aussi être apprécié en lui-même, comme un procédé qui aurait le pouvoir de rendre la réalité plus poétique. Mais si le flou n’était ni l’un ni l’autre ? Ni une maladresse qui manquerait de montrer ce qui est à voir, ni un procédé qui recouvrirait le réel d’un voile mystérieux, mais une spécificité technique de la photo qui lui donnerait un pouvoir propre. D’accord, mais lequel ? Celui non pas de rendre le visible ou de le surcharger, mais de rendre visible dans des images le flux fou de la vie même.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *