Flou

    Le flou en photo est souvent compris comme un défaut technique, le signe d’un manque de maîtrise. Plus rarement, il peut aussi être apprécié en lui-même, comme un procédé qui aurait le pouvoir de rendre la réalité plus poétique. Mais si le flou n’était ni l’un ni l’autre ? Ni une maladresse qui manquerait de montrer ce qui est à voir, ni un procédé qui recouvrirait le réel d’un voile mystérieux, mais une spécificité technique de la photo qui lui donnerait un pouvoir propre. D’accord, mais lequel ? Celui non pas de rendre le visible ou de le surcharger, mais de rendre visible dans des images le flux fou de la vie même.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.